Andy Hertzfeld (septembre 1983)

Le Macintosh original pouvait seulement lancer une réelle application à la fois, mais il pouvait aussi à côté de ça gérer de petits programmes appelés "accessoires de bureau" qui partageaient la mémoire avec l'application principale. Comme le système lui-même, la plupart des accessoires de bureau étaient écrits en langage d'assemblage 68000, mais en automne 1982, j'ai décidé d'en écrire un en Pascal comme preuve du concept et pour montrer aux développeurs comment s'y prendre, en écrivant un mini adaptateur avec lequel le code Pascal était lié.

The PuzzleLes accessoires de bureau étaient souvent des utilitaires, comme la calculatrice et l'horloge, mais j'ai pensé qu'on devait aussi avoir un ou deux jeux, pour montrer que le Macintosh était ludique également. j'ai choisi de programmer un puzzle à 15 chiffres, dans lequel il y a quinze carrés numérotés dans un espace de quatre sur quatre qui doivent être arrangés en ordre séquentiel. Si vous cliquez sur un carré à côté de la case vide, il glisse sur ce trou. C'était une façon amusante de tuer le temps et d'entraîner sa coordination avec la souris.

Pusique le puzzle à chiffres était en écrit en Pascal, je devais le lier à la routine Pascal, qui entraînait beaucoup de code en plus qui n'était pas utilisé. Ceci donnait un puzzle de plus de 6Ko, même si il était constitué pour la plupart uniquement de la routine.

A l'automne 1983, il était temps de prendre des décisions sur ce qu'on allait inclure dans le produit fini. On avait montré le Mac a beaucoup d'analystes industriels, et bien que la plupart était enthousiaste, certains ne comprenaient pas bien le concept d'interface graphique et pensaient que c'était plus un jeu, pas compatible avec l'informatique sérieuse. Ceci rendait quelques gars du marketing un peu méfiants quant à l'aspect fantaisiste du design, et le puzzle, devenant un réel jeu, devint plutôt contreversé.

Jerome Coonen, le directeur software, vint dans mon bureau un matin pour me dire qu'ils avaient décidé de ne pas inclure le puzzle, partiellement à cause de sa percepetion game-like, mais surtout parce qu'il était trop lourd. les applications étaient très juste en RAM, et le puzzle était l'un des plus lourds accessoire de bureau parce qu'il était écrit en Pascal. Avec plus de 6Ko, il mangeait aussi l'espace disque disponible.

J'aimais le puzzle et je ne voulait pas capituler à la vue subjective totalement axée business de l'utilisateur, j'ai donc dit à Jerome, "Tu sais, le puzzle n'a pas a être si lourd. Je parie que je peux le réécrire et le faire prendre moins d'1Ko. Vous le garderiez s'il devenait si petit, ou c'est vraiment l'autre raison ?"

Jerome y réfléchit, et me dit ensuite que si j'arrivais à le faire descendre à 600 octets ou presque, il serait livré aussi. Le seul problème est que je devais le terminer pendant le weekend, parce qu'ils devaient envoyer les manuels à l'imprimerie prochainement, et il y avait encore pas mal d'autres choses sur lesquelles je devais travailler.

Bien sûr, je ne pouvais pas résister à un tel défi. Ca a seulement pris quelques heures samedi pour le recoder en langage d'assemblage, et le faire descendre à 600 octets voulus, puisqu'il ne devait plus être lié au code Pascal encombrant. Je l'ai fièrement montré à tout le monde lundi, et il a bien été présent lors de la première sortie, et est resté là pendant des années, même s'il a été complètement réécrit à plusieurs reprises, pour diverses raisons.

l'article original sur Folklore.org