Le train, je respire enfin

Oui, on respire dans le train. En même temps c'est la moindre des choses parce que j'en connais peu qui tiendraient 1h30 en apnée. Et s'il fallait transporter sa bouteille d'oxygène à bord pour être sûr de pouvoir continuer à respirer en sortant, la SNCB majorerait sans doute le prix du billet en prétextant des portes-bouteilles. En été ce qu'on respire dans le train c'est la transpiration des autres voyageurs, alors moi j'aime autant profiter de l'air pur de la campagne. Si on respire enfin c'est peut-être aussi parce qu'on peut enfin se détendre. C'est vrai que ça fait pas de mal de se détendre un peu après avoir attendu 25 minutes debout sur le quai avec un gros sac sur le dos en attendant que notre cher train daigne se rendre à l'endroit prévu pour les arrêts communément appelé la gare.

Bien assis, bien parti

On voudrait mieux partir plus souvent alors. Je ne parle pas du train pour Petit-Bled-en-Hainaut de 15h34 dans lequel on a l'embarras du choix pour trouver où poser son séant. Je parle de la vraie vie, des trains qu'on prend quotidiennement pour se rendre à l'école ou sur son lieu de travail. Ou le train qu'on prend pour rentrer chez ses parents quand on est un brave petit étudiant qui vit en kot dans une grande ville et qui rentre au village tous les vendredis à la même heure que les milliers d'autres jeunes. Oui ces trains-là on est vraiment bien assis dedans. Bon, peut-être pas sur un siège qui n'est vraisemblablement pas compris dans le prix des billets mais qui peut douter du confort d'un sac de voyage posé par terre entre pieds et autres joies dans un couloir ou près des portes ?

Speedé toute la journée ? Allez travailler en train

D'accord. Comparons un peu un trajet en voiture qui nous permet de rouler peinard en écoutant PureFM, en partant à l'heure qu'on veut et de profiter pleinement de la vie dans l'attente des embouteillages avec un trajet en train. Un train n'arrive pas à l'heure. Un train ça nous surprend. Si on décide de partir tôt pour être sûr de pouvoir l'attraper, il nous fait une bonne blague avec un retard probable (oui à la SNCB les retards sont toujours probables, on est plus sûr de rien de nos jours). Si au contraire on part un peu à la bourre et qu'on se dit : pas de problème de toute façon il part jamais à l'heure, alors on a de bonnes chances de sortir essoufflé de l'escalier pour voir le cul du train qui s'en va gaiement à l'heure pile. C'est vrai que c'est tout-de-suite plus détendant.